Cerca de la Playa

La Sierra

Aussi appelée région andine, la Sierra représente un peu plus du quart du territoire péruvien séparant la région côtière, la Costa, de la jungle amazonienne, la Selva.

La Sierra est le siège des plus hauts sommets du Pérou flirtant avec les 6000 voir 7000 mètres, de quoi vous étourdir pour ne pas dire vous rendre malade si l’altitude n’est pas votre point fort. En fait, dès 3000 m, grand nombre de personnes commencent à ressentir le mal de l’altitude, le Soroche, qui se manifeste par des maux de têtes, des malaises, jusqu’à se retrouver la tête dans la cuvette. Je parle en connaissance de cause…. La cordillère des Andes, la cordillère blanche, Huraz, le Mont Huascaran et autres destinations andines offrent de magnifiques sentiers et panoramas aux férus du trekking.

Arequipa, 2e ville en importance au pays, perchée à plus de 2300 m, lieu de naissance de l’écrivain Mario Vargas Llosa, une cité où chaque édifice rappelle un tremblement de terre, et pour la plupart fort tragique. Malgré ces épisodes douloureux, le cœur de la ville reste jonché de magnifiques bâtisses dont celles bordant la Plaza de Armas, mais aussi le superbe couvent de Santa Calina avec ses couleurs éclatantes de bleus et de rouges, et qui serait le plus grand du genre au monde, pouvant héberger jusqu’à 450 religieuses.

 

Deux semaines avant mon arrivée, le canyon de Colca vivait un tremblement de terre de magnitude 5,2, engendrant la destruction de plusieurs habitations et aussi plusieurs décès dont un touriste américain. Il va sans dire que j’étais un peu nerveux, et gardait un œil ouvert et une oreille alerte durant la nuit, les chaussures et le sac prêts de la porte. Autre détail non négligeable, pour se rendre au canyon depuis Arequipa, il faut prendre une route qui passe par un sommet affichant 4900m, à quel moment on te propose de te dégourdir les jambes et prendre des photos, une invitation à laquelle je décidais de répondre mais pour vite me rendre compte que mon corps n’appréciait pas du tout ces mouvements enthousiastes et le mal de crâne m’envahit en peu de temps. Qu’est ce que l’on ne ferait pas pour aller observer les condors planer au-dessus de sa tête, qui même endolorie ne te prive pas d’apprécier ce beau spectacle. 

 

Autre aventure à 3400 m celle-ci, je fais allusion à Cusco. Encore là, il va sans dire que l’on ne se met pas à courir une fois descendu de l’avion. Tout comme Arequipa, cette ville regorge de plusieurs magnifiques pièces d’architectures chargées d’histoires et en sa périphérie de beaux vestiges de l’époque Incas.  Car nous y sommes, sur les traces des Incas, qui régnaient il y a 500 ans, sur la majeure partie du sol péruvien, et bien au-delà, avant l’arrivée des conquistadors espagnols et des maladies qui les décimèrent.

Cette remontée du temps nous amène dans la vallée sacrée, avec des arrêts à Sacsayhuaman, Pisac,  Urubamba, Moray, Ollantaytambo pour ce terminer au site du  Machu Picchu….le point culminant de ce voyage. Je dois avouer que c’est lui qui m’a attiré en premier dans ce pays de l’hémisphère sud. Oxfam offrait des postes dans plusieurs autres pays, mais je caressais depuis longtemps le désir de voir de mes propres yeux, cette merveille mariant génie humain à un environnement somptueux. Je n’ais pas été déçu, et vu du WaynaPicchu, affichant en son sommet 2668 m, encore mieux, la magie opère instantanément.

Prochaine étape, Puno et le Lac Titicaca, le lac navigable le plus haut du Monde. Il est vaste, bordé d’un bord par le Pérou et de l’autre par la Bolivie, et parsemé de nombreuses iles dont certaines culminent à plus de 4000 m, alors que d’autres sont flottantes élaborées de roseaux, et peuplées par les Uros.  En réalité le peuple Uros n’existe plus vraiment, ce sont plutôt les Aymaras qui habitent ces iles, dont la durée de vie est d’une trentaine d’année, la moitié de celle de ses résidents. L’aventure est devenue un peu trop commerciale à mon gout, on y mélange sans vergogne authenticité et mercantilisme, avec le flux continu des bateaux de touristes et les jeunes filles locales qui vous chantent des airs venus des quatre coins du monde. L’ile de Taquile, quand à elle me fait penser à un paysage de méditerranée. On y mange de la truite locale, mais dont ses ancêtres viendraient du Canada, et découvre toute sorte de danses et de rituels colorés.

N’oublions pas de souligner que la Sierra est aussi le berceau de la patate, en effet, on y cultiverait plus de 3000 variétés de pomme de terre, un musée de la « papa » dédié à ce tubercule répertorie d’ailleurs les quelques 5000 variétés existantes au Monde. On cultive aussi le Quinoa, le Kiwicha, le maïs violet, et autres espèces végétales endémiques. C’est aussi là que l’on exploite des mines gigantesques, souvent matière à controverse pour ne pas dire conflits avec les communautés locales.

 

Voilà pour ce survol de la cordillère andine péruvienne, qui vient clore le troisième volet des grandes régions du Pérou.



Publié à 05:12, le 29/05/2017, Pérou
Mots clefs :


La Costa

Au moment où j’écris ces lignes une grande partie du pays est en état d’urgence, suite à des pluies diluviennes ayant créés des « huaicos », glissements de terrains et débordement de rivières, balayant tout sur leur passage.  Et le lieu de ce drame est principalement la Costa.

Le Pérou est bordé par l’océan Pacifique avec ses quelques 2400 km de côtes.  La Costa est en faite un vaste territoire désertique, de sable et de roche, qui représente 10 % de la superficie du pays mais habitée par plus de 60% de la population péruvienne, dont la moitié se retrouve à Lima.

Mais revenons brièvement sur le drame actuel, que vivent essentiellement de nombreuses communautés pauvres du pays. Il serait trop facile de faire porter le chapeau uniquement aux intempéries, car il ne faut pas être bien perspicace pour constater que si ces maisons se font inonder ou même emporter par les débordements et coulées de boues, c’est tout simplement qu’elles ont été construites au mauvais endroit et de façon bien précaire.  Et cela, ce n’est pas tant la faute aux « Cambios Climaticos » et « El Niño Costero » mais plus le fruit de l’ignorance, de la corruption, du désespoir, et de l’indifférence.

Retour sur la visite de la Costa, avec un volet historique et culturel. On retrouve là, la plus ancienne cité du Nouveau Monde, dont les vestiges ont près de 5000 ans. Je pense bien sûr à Caral mais aussi à d’autres plus petites cités comme Bandurria, belles démonstrations de l’architecture précolombienne. Plus récents dans l’histoire du pays, on retrouve des sites des civilisations Chavin, Chimu, Moche ainsi que certains sites de l’empire Inca.  N’oublions pas Nazca avec les fameuses lignes du même nom, inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco.

La Costa, c’est aussi une eau très poissonneuse, le garde-manger des pélicans, phoques, dauphins et autres mammifères aquatiques.  C’est une des grandes richesses du pays, après les ressources naturelles de type minier, et aussi la source d’ingrédient de délicieux plats comme le Ceviche ou le Tiradito, tous deux à base de crustacés ou poissons crus.

 

On produit de quoi manger mais aussi de quoi boire. Si la vinification mérite encore de faire de sérieux progrès, le Pisco (eau-de-vie), boisson nationale, est fort populaire et particulièrement intéressant en Chilcano ou Pisco Sour. La capitale du Pisco se trouve a Ica, non loin de Nazca.

Quant aux plages, il n’en manque pas, que ce soit celles au Sud de Lima le temps d’une journée ou d’un weekend ou celle au nord pour aller se faire dorer quelques jours là où l’eau est la plus chaude. En effet, le courant de Humboldt balaye la côte avec son eau froide pour terminer son parcours à la hauteur de Lima. La côte est aussi un paradis pour les surfeurs. Le Pacifique livre jour après jour de belles vagues qui viennent rouler et s’éclater au grand bonheur des adeptes de la « tabla » comme ils l’appellent ici.

Voilà qui clôture ma présentation de ce deuxième volet géographique du pays, un univers en bonne partie désertique auquel s’offrent de magnifiques couchers de soleil sur le Pacifique, paisible et infini.

  



Publié à 19:26, le 6/04/2017, Lima
Mots clefs :


La Selva

Je vous parle ici d’un lieu magique, avec une végétation verdoyante a 360 degrés, et lorsque l’on habite le désert, et oui, Lima est en zone désertique, la magie opère.

J’ai réalisé à ce jour, deux voyages en forêt amazonienne.  Une fois en formule touristique 4 étoiles et l’autre pour le travail, où les étoiles se comptaient dans le ciel. Le premier m’a offert une pleine immersion dans la jungle avec ses sons, son humidité sa flore, sa faune…et le deuxième m’a surtout permis de rencontrer des communautés indigènes, et de comprendre un peu plus leur mode de vie.

 

Le cri des singes hurleurs, l’immobilisme des caïmans et le bleu métallique des papillons morphos sont fascinants. On respire le vert dans la jungle et cela fait grand bien. Loin de la pollution, du bruit urbain, de l’agressivité des citadins…c’est une réelle échappatoire, un exutoire. 

La diversité de la faune inclue aussi des loutres, des perroquets, des capybaras (gros rongeurs), des scorpions, des toucans, des piranhas, des paresseux… il y en a de toutes les formes et de toutes les couleurs.

La forêt amazonienne est aussi le paradis du moustique….l’espèce vivante dont je me passerai bien. Le moustique amazonien est vecteur d’une longue liste de maladies, Fièvre jaune, Dengue, Chikungunya, Zika, Malaria, …etc. Autant dire que j’ai « mangé » du DEET matin et soir malgré mon aversion pour ce produit toxique.

Dans la jungle les natifs ne possèdent pas grand-chose, mais sont toujours prêt à partager avec toi les quelques fruits récoltés, ou encore leur boisson favorite le masato. Cette dernière est faite à base de manioc (yuca) qui avant de passé au processus de fermentation était traditionnellement mâché. Je dis traditionnellement car il semblerait qu’il soit maintenant broyé et non mâché, bon, j’ai préféré ne pas vérifier… car du masato j’en ai bu dans chaque village visité et parfois  à plusieurs reprises,  l’odeur de la boisson devançant notre entrée dans la demeure familiale.

 

Et que dire des 6 heures de pirogue pour rejoindre le village principal. Plutôt enchanteur une fois que l’on s’installe du mieux possible dans le fond de l’embarcation étroite, toute de bois.

Coté culinaire... cela dépend de notre ouverture d’esprit. Ceci dit on peut manger très bien. Je pense entre autre au paiche grillé, un des plus grands poissons d’eau douce, au Juane, composé de riz, de poulet, d’œuf et d’olives le tout cuit dans une feuille de bananier, ou le « caracol » un escargot de la taille d’une main, et pour les plus audacieux il y a les suris, une grosse larve que l’on peut déguster cuite en brochette ou vivante qui se tortille au bout de tes doigts, je me suis gardé une petite gêne, n’étant pas en mode survie.

Autant dire, que l’on parle bien d’exotisme, pas celui des plages de cocotiers, mais celui de culture, de paysages, de sons et de couleurs et de traditions qui te font oublier complètement ton quotidien, ne serait-ce que le temps de quelques jours.



Publié à 01:32, le 9/12/2016, Pérou
Mots clefs :


Je dédie cette marche et cette course...

Je dédie cette marche du 13 août 2016, NiUnaMenos!, à toutes les femmes victimes d’abus et de violence, sous toutes ses formes, tant verbales que physiques. Cette marche qui a rassemblé des centaines de milliers de personnes a rappelé non seulement le triste classement du Pérou au rang des pays où l’on retrouve le plus de victimes d’abus, mais aussi et surtout le besoin de changer les choses dans les habitudes de tous et d’uns et au niveau des lois, afin que ceux qui perpétuent de tels actes ne restent pas impunis.

 

 

 

 

 

 

Je dédie cette course du 18 septembre 2016, Terry Fox Run Lima, à trois amis qui ont quitté ce monde au cours des deux dernières années. Michel Pain de la Tranche-sur-Mer, Monique Deviard de Montréal et tout récemment, Paula Barker aussi de Montréal. Nous sommes en 2016 et le cancer continu de frapper dur et fort sans que tous ces fameux progrès accomplis par l’espèce humaine ne nous permettent toujours pas d’éradiquer ce fléau.

Je perds là des amis chers, des personnes qui ont démontrés une énergie inspirante tout au long de leur vie mais aussi face à la maladie, qui ont gardés le plus longtemps possible leur sens de l’humour et leur gout pour la vie, profitant du mieux que possible des moments de répits. Alors oui je cours pour aider à ce qu’un jour on finisse par vaincre le cancer sous toutes ses formes et je cours aussi en leur mémoire.



Publié à 05:02, le 19/09/2016, Lima
Mots clefs :


Lima, je te découvre

Voilà déjà six mois que j’habite l’hémisphère sud et plus précisément Lima. Il s’agit de tout un changement pour le nord-américain, le québécois, que j’étais devenu. Un changement au niveau de la langue, du climat, du travail, des fréquentations et même de certains de mes hobbies.

Coucher de soleil, parque del Faro

Je ne vous cache pas que ce fût même un choc les premières semaines tant au niveau culturel que climatique (de -15 à + 30 avec humidité à 85%).

Heureusement il y a la magie de l’océan pacifique, la sympathie de bien des péruviens, les fruits aux couleurs et saveurs multiples, les fleurs et oiseaux de toutes espèces et sans oublier de magnifiques arbres qui tentent tant bien que mal de filtrer un air fortement pollué. Je reviendrais dans un prochain article sur ses arbres devant lesquels je reste en admiration.

 

J’ai déjà eu la chance de faire la connaissance de bien des personnes, en grande partie grâce à Internations, ce réseau mi-expats mi-locaux, à travers duquel toutes sortes d’activités sociales, culturelles, sportives, et de découvertes sont organisées. D’ailleurs je suis devenu un vrai adepte de WhatsApp outil de réseautage indispensable, et du Karaoké dont grand nombre de locaux sont fan. Oui j’ai bien dit Karaoké, mais j’embarque pour la version dansée et chantée tous ensemble… Quand aux « selfies » forts populaires, celui de groupe, je joue le jeu avec plaisir.

Tout le monde me disait, quand tu seras à Lima tu vas prendre du poids. Je dirais que ce peut être vrai sachant que bien des plats sont composés de patates et de riz servis conjointement. Mais si l’on dit cela c’est surtout que bien des plats sont délicieux, que ce soit le Ceibiche, Lomo Saltado, Pulpo a la parilla, et même les Anticuchos (cœur de bœuf en brochette). Sans parler des « dulces » sucreries, crèmes glacées et pâtisseries dont les péruviens sont de grands amateurs, à toute heure de la journée. Si au Canada, les plats sont parfois plus salés qu’ailleurs, ici c’est le sucre qui est roi.

Une des plus grandes richesses de cette ville, sont ses gens. Certes, certains sont arrogants, irrespectueux, dédaigneux, égoïstes ou encore dangereux, un peu comme dans toute grande ville de ce Monde, la majorité reste cependant souriants, accueillants, serviables, généreux et humbles. Je les côtoie au travail, dans mes activités sociales ou encore le matin en les croisant sur mon chemin pour aller au travail.

Huaca Pucllana

Ce n’est pas une p’tite ville, mais bel et bien une mégalopole de plus de 10 millions d’habitants. C’est immense et je n’en connais qu’une infime partie. J’avoue ne fréquenter quasiment que 3 quartiers parmi les plus beaux et les plus sécuritaires. Comme la grande majorité des étrangers mon chez moi est à Miraflores. Tout y est un peu plus cher, mais il faut payer le prix d’être proche de la mer et en relative sécurité de jour comme de nuit.

Et que dire du bruit…..il est omniprésent. Il y a toujours une alarme de voiture, des klaxons, le ronflement des moteurs des autobus, des chiens qui aboient à tue-tête, ou encore des travaux de tout genre. Je dois dire que le dimanche il y a un certain répit, cela fait un bien énorme.

Niebla ou Garua

Une autre grande particularité de Lima est le taux d’humidité. Il ne pleut pas ou presque pas à Lima, mais le taux d’humidité oscille en 75 et 99 %... et parfois s’installe la Niebla, encore appelée Garúa…… un brouillard qui laisse échapper une fine bruine, plutôt fréquente le matin en hiver (juillet-août). D’ailleurs J’ai acheté un fer à repasser à vapeur pour réaliser que cette option est plutôt futile.

 

Parque del Amor, sunset

Je terminerai ce premier article sur Lima avec quelques lignes sur le Pacifique, qui pour moi, un peu comme le Mont-Royal, est l’endroit ou j’aime me retrouver, contempler, méditer, respirer à pleins poumons. Les couchers de soleil y sont magnifiques et plus tard le soir lorsque je fais mon jogging, je marque une pause pour observer au loin l’écume jaillir de la noirceur de l’océan plongé dans la nuit, chevauchant les vagues qui viennent terminer leur parcours sur la plage de galets. Cela me fait penser à un débarquement des plages de Normandie, ou à une horde de guerriers avalant les steppes de Mongolie. Je suis fasciné.



Publié à 02:56, le 25/07/2016, Lima
Mots clefs :


{ Page précédente } { Page 1 sur 3 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques


Derniers articles

La Sierra
La Costa
La Selva
Je dédie cette marche et cette course...
Lima, je te découvre

Sites favoris


Amis