Cerca de la Playa

Lima, je te découvre

Voilà déjà six mois que j’habite l’hémisphère sud et plus précisément Lima. Il s’agit de tout un changement pour le nord-américain, le québécois, que j’étais devenu. Un changement au niveau de la langue, du climat, du travail, des fréquentations et même de certains de mes hobbies.

Coucher de soleil, parque del Faro

Je ne vous cache pas que ce fût même un choc les premières semaines tant au niveau culturel que climatique (de -15 à + 30 avec humidité à 85%).

Heureusement il y a la magie de l’océan pacifique, la sympathie de bien des péruviens, les fruits aux couleurs et saveurs multiples, les fleurs et oiseaux de toutes espèces et sans oublier de magnifiques arbres qui tentent tant bien que mal de filtrer un air fortement pollué. Je reviendrais dans un prochain article sur ses arbres devant lesquels je reste en admiration.

 

J’ai déjà eu la chance de faire la connaissance de bien des personnes, en grande partie grâce à Internations, ce réseau mi-expats mi-locaux, à travers duquel toutes sortes d’activités sociales, culturelles, sportives, et de découvertes sont organisées. D’ailleurs je suis devenu un vrai adepte de WhatsApp outil de réseautage indispensable, et du Karaoké dont grand nombre de locaux sont fan. Oui j’ai bien dit Karaoké, mais j’embarque pour la version dansée et chantée tous ensemble… Quand aux « selfies » forts populaires, celui de groupe, je joue le jeu avec plaisir.

Tout le monde me disait, quand tu seras à Lima tu vas prendre du poids. Je dirais que ce peut être vrai sachant que bien des plats sont composés de patates et de riz servis conjointement. Mais si l’on dit cela c’est surtout que bien des plats sont délicieux, que ce soit le Ceibiche, Lomo Saltado, Pulpo a la parilla, et même les Anticuchos (cœur de bœuf en brochette). Sans parler des « dulces » sucreries, crèmes glacées et pâtisseries dont les péruviens sont de grands amateurs, à toute heure de la journée. Si au Canada, les plats sont parfois plus salés qu’ailleurs, ici c’est le sucre qui est roi.

Une des plus grandes richesses de cette ville, sont ses gens. Certes, certains sont arrogants, irrespectueux, dédaigneux, égoïstes ou encore dangereux, un peu comme dans toute grande ville de ce Monde, la majorité reste cependant souriants, accueillants, serviables, généreux et humbles. Je les côtoie au travail, dans mes activités sociales ou encore le matin en les croisant sur mon chemin pour aller au travail.

Huaca Pucllana

Ce n’est pas une p’tite ville, mais bel et bien une mégalopole de plus de 10 millions d’habitants. C’est immense et je n’en connais qu’une infime partie. J’avoue ne fréquenter quasiment que 3 quartiers parmi les plus beaux et les plus sécuritaires. Comme la grande majorité des étrangers mon chez moi est à Miraflores. Tout y est un peu plus cher, mais il faut payer le prix d’être proche de la mer et en relative sécurité de jour comme de nuit.

Et que dire du bruit…..il est omniprésent. Il y a toujours une alarme de voiture, des klaxons, le ronflement des moteurs des autobus, des chiens qui aboient à tue-tête, ou encore des travaux de tout genre. Je dois dire que le dimanche il y a un certain répit, cela fait un bien énorme.

Niebla ou Garua

Une autre grande particularité de Lima est le taux d’humidité. Il ne pleut pas ou presque pas à Lima, mais le taux d’humidité oscille en 75 et 99 %... et parfois s’installe la Niebla, encore appelée Garúa…… un brouillard qui laisse échapper une fine bruine, plutôt fréquente le matin en hiver (juillet-août). D’ailleurs J’ai acheté un fer à repasser à vapeur pour réaliser que cette option est plutôt futile.

 

Parque del Amor, sunset

Je terminerai ce premier article sur Lima avec quelques lignes sur le Pacifique, qui pour moi, un peu comme le Mont-Royal, est l’endroit ou j’aime me retrouver, contempler, méditer, respirer à pleins poumons. Les couchers de soleil y sont magnifiques et plus tard le soir lorsque je fais mon jogging, je marque une pause pour observer au loin l’écume jaillir de la noirceur de l’océan plongé dans la nuit, chevauchant les vagues qui viennent terminer leur parcours sur la plage de galets. Cela me fait penser à un débarquement des plages de Normandie, ou à une horde de guerriers avalant les steppes de Mongolie. Je suis fasciné.


Publié à 02:56, le 25/07/2016, Lima
Mots clefs :


Lima

00:17, 10/12/2016 .. Publié par Une personne anonyme
Quels sont les écarts dans les valeurs des gens d'une mégapole comme Lima et ceux que tu as rencontrés dans la jungle amazonienne?

Finalement est-ce comme les montréalais vs les gens de nos régions lointaines?

A+ mon ami et si on ne se parle pas d'ici les fêtes je te souhaite 2017 soleils dans ta vie!

Amitiés,

François

Chanceux!

22:44, 11/12/2016 .. Publié par Une personne anonyme
Chanceux de vivre tout cela...

Chanceux! II

22:47, 11/12/2016 .. Publié par Marie-France
de Maria-Franca

{ Page précédente } { Page 6 sur 14 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques


Derniers articles

La comida peruana
La Sierra
La Costa
La Selva
Je dédie cette marche et cette course...

Sites favoris


Amis